Attaque contre des militaires à Levallois-Perret : comment le suspect a été identifié et arrêté
Home

Djida fm bakel

Vous pouvez intervenir en direct au +221.33.983.54.40

Attaque contre des militaires à Levallois-Perret : comment le suspect a été identifié et arrêté PDF Imprimer Envoyer

L’homme qui a blessé six militaires avec une voiture est un Algérien de 36 ans, en situation régulière et sans condamnations.

C’était quelques minutes avant 8 heures, mercredi 9 août, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le moment de la relève pour les militaires de l’opération « Sentinelle ».

Une équipe remplace l’autre, dans cette allée normalement fermée à la circulation, longeant un immeuble HLM au pied duquel, au rez-de-chaussée, un local a été aménagé pour héberger les équipes tournantes de « Sentinelle ». Quand, soudain, une BMW noire qui roule au pas accélère comme si l’objectif du conducteur était de percuter un maximum d’hommes en uniforme. Un acte qui relance le débat autour de la pertinence de « Sentinelle ». Le choc vise surtout un véhicule militaire stationné là. C’est son rebond qui blesse les soldats. Le bilan est néanmoins sérieux pour ces soldats appartenant au 35e régiment d’infanterie de Belfort. Sur la dizaine d’hommes présents sur les lieux au moment du drame, trois sont gravement blessés – sans que leur pronostic vital soit engagé – et trois plus légèrement touchés. Une attaque très vite considérée par la justice comme ayant un caractère « délibéré ». La section antiterroriste du parquet de Paris est saisie de l’enquête. C’est la sixième affaire du genre depuis 2015, selon le ministère de l’intérieur qui intègre dans ce comptage l’attaque de la tour Eiffel du 5 août, la quatrième depuis le début de l’année. Le principal suspect, Hamou B., est arrêté, en début d’après-midi, mercredi, vers 13 h 10, sur la commune de Leulinghen-Bernes (Pas-de-Calais) au niveau d’une station Total située sur l’autoroute A16. Un important dispositif policier avait été déployé pour l’intercepter alors qu’il roulait en direction de la frontière belge. Soit plus de 300 hommes, dont deux brigades de recherche et d’intervention (BRI), celles de Rouen et de Lille parties en chasse, des CRS autoroutiers pour le suivre tout au long de son cheminement, ainsi que des effectifs de la sécurité publique du Pas-de-Calais.

 

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 

Bannière
Copyright © 2017 Mon site perso. Tous droits réservés.
 

Images

Video

Visiteur par pays


site de lectricit paris